Secrétaires …

3 septembre 2016

Non classé

e7e85e81

SECRETAIRE : nom commun désignant « une personne chargée d’écrire sous la dictée de quelqu’un ou de rédiger sa correspondance, ses écritures » ( Petit Larousse ).

L’expression désigne le plus souvent un bipède vertébré de la famille des mammifères, quasi exclusivement de sexe féminin, dont le rôle principal est de taire des secrets (du latin secretum, secret, et tacere, taire ).

Personnage clé dans l’histoire de la cour du Roi de France , gérant les complots et intrigues diverses, son importance au sein de la société s’est renforcée durant la révolution industrielle. L’avènement du secteur tertiaire l’a définitivement consacrée en lui dédiant un milieu naturel, le bureau.

D’un point de vue anthropométrique, la secrétaire habituelle mesure entre 1.60 et 1.75m, pèse entre 50 et 65 kilos (en fonction des fluctuations saisonnières, l’animal étant sujet à des périodes de diète, les plus classiques précédant les migrations d’été), présente une paire d’yeux de couleur relativement variée, un nez impair et médian, une bouche le plus souvent ouverte. Munie d’une paire de jambe lui permettant de se rendre sur son lieu de travail et à la machine à café, elle possède également 2 bras lui permettant, entre autres, de taper frénétiquement sur un clavier qui ne lui a rien fait, de répondre au téléphone ou de passer des coups de fils personnels, de prendre des notes ou des sous dans la caisse, d’envoyer un fax ou bouler son supérieur hiérarchique, voire son patron quand elle est en forme.

Vêtue le plus souvent d’une jupe courte (sans collants ou des Dims Up à la rigueur) et d’un décolleté avantageux, de chaussures à hauts talons pour gagner de précieux centimètres lui permettant de voir le sommet du crâne du patron, elle parade dès le jour naissant de services en bureaux, colportant ragots divers et hypothétiques informations, occupant l’essentiel de sa journée de labeur à savoir si machine a bien couché avec machin. Sa traque de la vérité l’amène parfois à faire de longues heures supplémentaires qu’elle facture, bien entendu, au prix fort à son fainéant de patron qui, de toute façon, ne la rémunère jamais assez.

Une rumeur populaire tenace prétend que les secrétaires n’hésitent pas, pour assurer leur promotion au sein de la société, à s’adonner avec leurs supérieurs à des pratiques que la morale et le Vatican réprouvent, mais aucune enquête sérieuse n’a été à ce jour publiée sur le sujet. Il est indéniable que la promiscuité feutrée d’un bureau plongé dans la semi-pénombre du jour déclinant peut inciter à des rapprochements adultérins, mais l’intégrité de la femme de clavier, feinte ou réelle, demeure une caractéristique intrinsèque sans laquelle aucune société civilisée ne peut perdurer.

Quoi qu’il en soit, la secrétaire, des villes ou des champs, a su se rendre indispensable jusque dans des contrées reculées, puisqu’on en trouve toujours au-delà du cercle polaire. Personnage attachant, baromètre de l’humeur patronale et toujours disponible pour des travaux manuels, sa fête, à la différence de celle des grands-pères dont tout le monde se fout, est proclamée le 3ème jeudi d’avril, pour la plus grande joie des patrons qui peuvent, au choix, lui offrir des fleurs, des chocolats ou une lettre de licenciement sans risquer une scène de ménage lors du dîner familial.

Poupondestroy |
rulouri exterioare iasi |
A La Bonne Herbe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | asldgp91 debug
| Cestquoicemonde
| Diogenedesynope